Archive for juillet 2014

– TERMES ………………………..

 

BON JEUDI 2

Dans un hôtel minable de la péri –

phérie de Paris, un touriste se voit

attribuer une chambre au cinquiè-

me étage sans ascenseur et, arri –

vant tout essoufflé en haut de l’…

escalier, avec sa lourde valise :

 

 

– Parlons-en de la langue fran-

çaise ! Quand je pense qu’on ap-

pelle ça : ‘’ descendre à l’hôtel ‘’…

 

 

 

BON JEUDI 5

 

 

0bvcq504

 

– CITATION DU JOUR : de Woody Allen. … (1935 – ….). …Manhattan. … (1979). …………………………………..

 

BON JEUDI 5

Je ne crois pas aux

aventures extraconjugales.

Je crois que les gens

devrient rester ensemble

toute leur vie,

comme les pigeons.

Ou les catholiques.

 

****************

Manhattan.

 

 (1979)

****************

Woody Allen.

 

(1935 – ….)

****************

BON JEUDI 00

 

 

0bvcq504

 

 

 

 

 

– UN DE MES AMIS, QUI HEBERGEAIT UN PASTEUR ECOSSAIS, …………………………………………

 

BON  MERCREDI 6

 

Un de mes amis, qui hébergeait un

Pasteur écossais, tendit sa blague à

tabac au Révérend.

 

 

– Non, merci, je ne fume jamais.

Quand c’est mon tabac, je pense

toujours au prix qu’il coûte.

Quand c’est celui des autres, je

je bourre tellement ma pipe qu’elle

ne tire plus.

 

 

BON MERCREDI 11.jpg

 

– CITATION DU JOUR de : Minette Walters. ….. (1949 – ….). Un Serpent dans l’ombre. (2001). ………………………….

BON MERCREDI 5.jpg

 

Qui aime bien châtie bien,

probablement.

Croire que la dureté est

plus pédagogique que la

gentillesse était pour moi

un mystère absolu.

 

****************

Un serpent dans l’ombre.

 

(2001)

 

****************

Minette Walters.

 

(1949 – ….)

 

****************

BON MERCREDI 005.jpg

0bvcq504

– JUILLET …………… de LOUIS-HONORE FRECHETTE . …………………………………………………….

BON MERCREDI 1.jpg

 

JUILLET …

 

Depuis les feux de l’aube aux feux du crépuscule,

Le soleil venu à flots ses torrides rayons ;

On voit pencher la fleur et jaunir les sillons

Voici les jours poudreux de l’âpre canicule.

 

 

Le chant des nids a fait place au chant des grillons ;

Un fluide énervant autour de nous circule ;

La nature, qui vit dans chaque animalcule,

Fait frissonner d’émoi tout ce que nous voyons.

 

 

Mais quand le bœuf qui broute à l’ombre des grands chênes

Se tourne haletant vers les sources prochaines,

Quel est donc, dites-vous, ce groupe échevelé.

 

 

Qui frappe les échos des ses chansons rieuses ?

Hélas ! C’est la saison des vacances joyeuses…

Comme il est loin de nous ce beau temps envolés !

 

 

« de Louis-Honoré Fréchette. »

 

 BON MERCREDI 004.png

pierrot211_156.jpg